REIMS – Une jeune femme comparaîtra le 29 octobre prochain devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne (Marne) pour « faux et usage de faux en écritures publiques ». Elle avait falsifié son état-civil pour devenir « de sexe masculin » et épouser sa compagne, mais à l’insu de celle-ci, apprend-on de source judiciaire.L’auteur présumé du subterfuge qui demeure à Vitry-le-François (Marne) avait présenté à la mairie des documents photocopiés expliquant que sa carte d’identité avait été volée. Une maire-adjointe avait été intriguée la semaine dernière par ce qui semblait être une anomalie, un M déformé. Consultée, la mairie du lieu de naissance, Thionville (Moselle), a répondu que l’acte de naissance officiel fait état d’une personne de sexe féminin.

Interrogé par les gendarmes, le « futur marié », en état de détresse psychologique, a reconnu les faits et expliqué qu’elle « s’était toujours sentie homme » mais qu’elle n’avait pas les moyens de se faire opérer. Le maire de Vitry, Jean-Pierre Bouquet, a donc refusé de célébrer l’union et soumis l’affaire au procureur de la République de Châlons-en-Champagne. Ni la future mariée, ni les témoins ne s’étaient aperçus de quoi que ce soit.